Van Life – 3 mois de Road Trip aux USA dans le coffre d’une voiture

En mai 2021, deux français, Nathalie et Romain partent à la conquête du continent Nord Américain. Après 6 semaines au Mexique, ils traversent les États-Unis d’Ouest en Est en 4×4 et dorment dans le coffre de leur voiture pendant 3 mois.

Découvrez leurs aventures de San Diego à New York, en passant par Los Angeles, San Francisco, Yosemite, Monument Valley, Grand Canyon, Antelope Canyon, Las Vegas, Yellowstone, Mount Rush, Chicago, Washington, Baltimore, Boston, Salem, et aussi les parcs nationaux de Zion, Bryce, Arches, Grand Teton et Badlands.


C’est avec leurs sacs de couchage et deux matelas gonflables installés dans le coffre de leur voiture qu’ils ont sillonné le pays d’Ouest en Est, rusant pour s’offrir ce voyage coûteux qui fait tant rêver malgré des moyens modestes. En effet, il faut compter en moyenne $15 000 par personne pour ce voyage de 3 mois (logement inclus). En dormant dans leur voiture et en renonçant au confort ils ont joui de la liberté des grands espaces. Voici le récit de leurs aventures.

Vous trouverez en fin d’article le détail de leurs dépenses, leur budget et leurs conseils dans une mini interview.

Traversée des États-Unis en voiture


« Ce sont en effet plus de 60 nuits que nous avons passé à l’arrière de cette belle Acura MDX alors que les hôtels, même les plus pourris et paumés, ne coûtaient pas moins de $120 la nuit (et on n’en parle pas dans les grandes villes) et que Couchsurfing était déserté à cause du Covid. Entre nuits passées dans les parkings des Walmarts, les stations essence Pilot Center, camouflés dans les petites rues résidentielles des villes ou encore en pleine nature au milieu de paysages magnifiques… les nuits ont été variées ! Sans parler du fait qu’on était dans les déserts du Midwest en pleine période de canicule donc certaines nuits ont été chaudes ! Merci à notre mini ventilateur USB que l’on branchait à notre powerbank, il nous a sauvé plusieurs fois la mise. Et pour ceux qui se demandent comment on se douchait :

  • La petite technique qui consiste à s’inscrire pour 3 jours d’essais gratuits dans une salle de sport a très bien marché à San Francisco où l’on a eu en prime piscine, sauna et jaccuzzi
  • Les douches dans les piscines publiques sont aussi très pratiques
  • Tout comme les rivières, lacs et sources chaudes que l’on croisait au gré de nos pérégrinations
  • En enfin, les stations essence Pilotes Center proposent des super douches chaudes pour $13. On pouvait y aller à deux donc ça faisait $6,5 par personne, un peu cher mais après 2-3 jours sans se laver c’était un must !

Et pour les pipis la nuit quand on était en ville, la bonne vieille bouteille d’eau vide et le pisse-debout de Nathalie étaient nos meilleurs amis. Vous l’aurez compris, après avoir vécu la vie de roi et reine au Mexique avec restaurants et hôtels tous les jours, dès notre arrivée à San Diego en Californie, on s’est plutôt rapprochés du style de vie clochard pour survivre au coût de la vie étasunienne. Et ma foi, c’était bien marrant ! » Commente Romain le 25 octobre 2021 sur Facebook.

Los Angeles


Après avoir rencontré les otaries de San Diego, ils découvrent Los Angeles et Venice Beach. Ils prennent la route avec « Leon », leur voiture Ninja :

San Francisco


Entre road trip et van life, ils longent la côte de l’océan Pacifique et ses paysages magnifiques jusqu’à San Francisco, où ils se demandent pourquoi la ville n’a pas été construite de l’autre côté du pont mythique du Golden Gate, car ce versant de la baie est beaucoup plus ensoleillé.

Yosemite National Park


Sur la route du Parc National du Yosemite, ils découvrent Inyo National Forest. Au programme, randonnées, baignades dans les lacs et ciel étoilé à couper le souffle depuis le campement installé dans le coffre de leur voiture. Reprenant la route, ils traversent la ville fantôme de Bodie située sur le versant oriental de la Sierra Nevada à environ 120 km au sud-est du Lake Tahoe, où un prospecteur d’or découvrit de l’or en 1859. Bodie devint à l’époque une étape mythique de la ruée vers l’or.

Un mois après leur arrivée aux USA, ils pénètrent dans le Parc National de Yosemite, troisième plus grand parc national du pays (3081 km²) et s’extasient devant les monolithes phares du parc : El Capitan, Half Dome et Hetch Hetchy.

Ils découvrent ensuite la forêt peuplée des arbres les plus nobles et les plus vieux du monde : les séquoias. « Leurs immenses troncs parfaitement droits, d’un marron éclatant et vieux de milliers d’années nous font réaliser combien nous sommes jeunes et petits. Grâce à la résine ultra résistante de leur tronc, ils peuvent résister à tous les aléas de la nature, depuis les intrusions des animaux et du lichen, jusqu’aux incendies de forêts » commente Nathalie sur son compte Facebook.

Si ils se demandaient au début comment identifier les séquoias parmi tous les autres arbres, ils se rendent vite compte que même sans savoir à quoi ils ressemblaient, la noblesse de ces arbres ne laissait aucune place au doute.

Las Vegas


Après plusieurs jours à crapahuter dans l’un des parcs les plus mythiques du continent américain et époustouflés par la beauté de la nature, ils changent de décor et partent pour Las Vegas. Le soir, c’est par 45°C qu’ils tentent leur chance au casino :  » On est venus, on a perdu, on r’viendra plus. Mais c’était quand même cool de jouer à la roulette et au Blackjack dans notre casino de pouilleux à $1 la mise » commente Romain.

Le Grand Canyon


Toujours à bord de « Leon », la voiture qui leur fait office de moyen de transport et de maison, ils se rendent dans le Grand Canyon d’Arizona. Ils partent en randonnée pendant six heures sous plus de 45°C. Il fait tellement chaud qu’une brume de chaleur se forme dans la vallée.

Monument Valley


Le 25 juillet, ils aperçoivent Monument Valley, de loin « car ce site est tenu par les indiens Navajos qui abusent un peu niveau tourisme de masse… $20 dollars pour être autorisé à se garer sur le parking d’où l’on a une belle vue, sans pouvoir aller se balader dans ces beaux paysages à cause du covid… mais on aura accès au magasin de souvenirs nous dit le mec du guichet… trop de bonté » confie Nathalie.

Antelope Canyon & Lac Powell


Idem à Antelope Canyon où la visite est autorisée à condition de payer une visite guidée à 80$ dans un groupe de 100 personnes dont les seules explications du guide consistent à indiquer aux touristes où prendre les meilleures photos. Ils passent leur chemin avant de se rendre au Lac Powell.

Zion National Park


Ils continuent leur périple vers le parc national de Zion, situé dans l’Utah, qu’ils qualifient de mémorable. En plein désert, le vent et la rivière ont creusé au fil de millions d’années des reliefs impressionnants. Ils ont pu les admirer d’en haut, grâce à la randonnée d’Angels Landing le long d’un crête abrupte qui offre une vue incroyable sur la vallée, puis d’en bas lors du trekking des Narrows, les pieds dans la Virgin river et entourés des falaises du canyon. La nuit tombée, ils trouvent un endroit tranquille pour camper dans leur coffre douillet.

Bryce Canyon


Le 31 juillet, ils se réveillent à l’aube pour admirer les couleurs du lever du soleil qui illuminent le parc national de Bryce Canyon. S’ensuit une randonnée au milieu des hoodoos, ces cheminées calcaires formées par l’eau et le vent depuis des millions d’années.

Arches National Park (Utah)


Ils continuent leur périple à travers le parc national des Arches, le dernier parc de l’Utah avant de quitter pour de bon les paysages désertiques pour se rendre dans le Wyoming.

Teton National Park


De retour dans la verdure, les forêts et au bord des lacs, ils traversent Grand Teton National Park « 3 énormes montagnes plantées au milieu de plaines dotées d’une faune et d’une flore incroyables ! On a vu deux ours, des cerfs et des biches, des perdrix, une marmotte, plein de papillons et d’insectes (on n’est plus trop habitués à autant d’insectes en France). Et pour ceux qui se posent la question, oui le nom de ce parc parle bien de tétons ! Ce sont les trappeurs français qui étaient dans la région au 19ème siècle (oui tu sais la Louisiane française tout ça tout ça), qui ont donné aux 3 montagnes le nom de 3 tétons, parce qu’elles ressemblaient à 3 seins au milieu des plaines. Ils devaient être en rut. Et comme dirait si bien Mag : « encore une histoire de boobs » raconte Nathalie.

Yellowstone National Park


L’aventure se poursuit dans le parc national de YellowStone situé dans la Wyoming. Au début, ils sont un peu sceptiques car « les geysers du sud du parc sont certes beaux et impressionnants mais les paysages alentours sont assez moches et l’énorme quantité de touristes induit son lot d’aires de stationnement à tout va, de chemins ultra balisés et d’infrastructures en tout genre qui font plus penser à un Disneyland en pleine nature qu’à un parc national... » commente Nathalie.

Cependant, ils trouvent la partie Est de cet immense parc, qui fait la taille de la Corse, magnifique : vallée de Hayden, ruisseaux zigzaguant dans les prairies et troupeaux de bisons sauvages. De plus, l’immense canyon de roches jaunes qui donne son nom au parc offre l’une des plus belles randonnées qu’ils aient pu faire. L’activité géothermique unique du parc en fait le premier parc national américain. Romain et Nathalie reconnaissent également que la faune et la flore du parc Yellow Stone sont incroyables : bisons, élans, cerfs, biches, multitudes d’insectes et de papillons. Ils ont adoré.

Wyoming


Après le YellowStone, ils découvrent le territoire des cowboys du Wyoming et la capitale du rodéo, Cody : « l’une des attractions principales de la ville est le stand de tir (tu peux tirer au fusil à pompe pour « seulement » $30). On se dit que ça peut être marrant d’essayer mais avant ça, on se laisser tenter par l’attraction phare de la ville: le rodéo ! Vous l’aurez compris, on voulait vivre l’expérience américaine… eh bien on l’a eue… Dès le show d’ouverture, le présentateur commence par remercier Jésus de leur avoir donné cette terre de liberté, puis passe un poème vantant la nécessaire guerre en Irak et la détermination des militaires Américains, pour finir sur une femme en petite tenue debout sur un cheval galopant autour du stade et portant le drapeau américain sous l’hymne national. Tout le stade est alors debout la main sur le coeur. Ça fait assez peur et ça fait comprendre le bourrage de crâne nationaliste qui influence tant d’Américains et qui nous semble si aberrant en Europe.

S’ensuit le spectacle de rodéo sur des chevaux puis sur des taureaux sur lesquels, on place une deuxième sangle non pas pour tenir la selle mais pour exercer une pression très désagréable sur le bas ventre des animaux, partie extrêmement sensible, afin de les forcer à ruer. On réalise que les spectateurs autour de nous pensent qu’il n’y a aucune torture, que ce sont juste des animaux encore jamais montés par l’homme. Tout ça entrecoupé par des sketchs d’un clown qui, entre autres, montre aux enfants combien c’est marrant de tirer au fusil à pompe. Du coup, l’idée d’aller à un stand de tir le lendemain nous est passée. L’esprit cowboy est ici bien trop lié à un nationalisme primaire. Par contre le musée sur Buffalo Bill (le cow boy le plus célèbre du monde) était très intéressant ! Après ça, on part vite de la ville pour continuer notre road trip à travers les grandes, très grandes, plaines du Midwest« , commente Nathalie, le 18 août sur son compte Facebook.

Ils traversent les plaines du Wyoming qu’ils qualifient de désespérantes : « Oui tu peux t’extasier 30 minutes devant des champs infinis et des granges rouges typiques mais après c’est clairement la grosse déprime ! Les magnifiques parcs nationaux étaient un lointain souvenir, la bonne nourriture aussi et il fallait supporter de très grosses chaleurs agrémentées du doux fumet des gigantesques incendies du nord de la Californie. On commençait même à se demander si une maladie du voyageur ne s’était pas emparée de nous : après avoir vu trop de belles choses, nous étions peut-être condamnés à être blasés ?! Heureusement, nous nous sommes assez vite ressaisis en regardant la vérité en face : nous étions juste au beau milieu d’une vaste et moche région. Bon, quand c’est dit, ça va mieux » explique Nathalie.

Devil’s Tower


Voici Devil’s Tower, un très ancien monolithe que de nombreuses tribus indiennes considèrent comme ayant un pouvoir protecteur contre les ours. Parmi les nombreuses légendes farfelues qu’ils leur sont contées sur ce rocher, voici leur préférée : il y a très longtemps, plusieurs jeunes filles sioux auraient été prises en chasse par des ours géants. S’étant réfugiées sur ce gros rocher pour faire des prières, ces dernières sont exaucées et le rocher grandit jusqu’à ce qu’il soit impossible à l’ours de l’escalader. Les traces si particulières sur les cotés du monolithe représentent les marques des griffes des ours tentant en vain d’atteindre leurs proies. La légende raconte que les jeunes filles devinrent les étoiles qui forment la constellation des Pléiades.

Certains l’auront reconnu, ce rocher est aussi le point de rencontre avec les extraterrestres du film de Spielberg. Par ailleurs, si des centaines de grimpeurs viennent escalader ce monolithe hypnotique, parfois même à mains nues, pour Nathalie et Romain, ça sera sandwichs triangles au pied du monument géologique.

Mont Rushmore & Black Hills


L’aventure continue et ils se dirigent vers le Dakora du Sud où se trouve le fameux Mont Rushmore. Mais avant cela, ils découvrent la statue d’un chef sioux, dont Nathalie nous raconte l’histoire dans son poste Facebook du 18 août 2021 : « 1ère étape à l’équivalent indien du Mont Rushmore… l’immense statue encore en construction de Crazy Horse, un chef sioux de la tribu des Lakotas qui, avec Sitting Bull, a vaincu l’armée américaine en 1876 lors de la célèbre bataille de Little Big Horn. En effet, certains américains ayant découvert de l’or dans le site sioux sacré de Black Hill, le gouvernement fédéral avait violé tous les traités précédemment signés avec les Sioux pour prendre possession de ces terres. Mais cette petite victoire indienne, bien que célèbre, n’a pas empêché le gouvernement de conquérir ce territoire un peu plus tard.

Bref, pour commémorer ce grand chef, un mec décide en 1948 de sculpter une immense statue de Crazy Horse dans la montagne mais, 70 ans plus tard, seul son visage est finalisé. Heureusement le musée était super intéressant. Par contre, le spectacle des lumières projetées sur la montagne à la nuit tombée n’est qu’un mielleux discours aux accents de propagande affirmant que Crazy Horse aurait été fier de vivre dans ce pays de la liberté que sont les États-Unis. Lui qui justement a combattu toute sa vie pour préserver les traditions de son peuple face aux invasions étatsuniennes… il doit se retourner chaque soir dans sa tombe. Puis on va se balader dans ces fameuses Black Hills et on comprend pourquoi elles étaient sacrées pour les Sioux car c’est le seul (très bel) endroit rempli d’arbres, de verdure et de cours d’eau au milieu de ces centaines de kilomètres de plaines toutes plates. »

Après cela, ils arrivent au fameux Mont Rushmore fidèle à lui même avec ses 4 présidents marquant chacun une étape de la construction des États-Unis : Washington pour leur indépendance, Jefferson pour la conquête de l’Ouest, Lincoln pour la victoire de l’Union suite à la guerre civile et l’abolition de l’esclavage et Roosevelt pour la 1ère puissance mondiale du 20ème siècle.

Badlands National Park


L’aventure de Nathalie et de Romain à travers les grands parcs continue jusqu’au parc national des Badlands, nom donné par les premiers colons français durant l’époque de la Louisiane française ! D’après Nathalie : « Il y a un vent à t’arracher la tête. Et aucun abri en vue pour te cacher ! Ajoutez à cela, une chaleur intenable. Et encore, pas de quoi se plaindre, nous avons notre grosse voiture américaine ! On peut rouler d’un point de vue ouf à l’autre. De là, on court dehors, clic clic clic, 3, 4 photos et on revient en courant se mettre à l’abri. Mais imaginez-vous à l’époque dans leurs petits chariots à la Laura Ingalls, sans clim, ou à dos de cheval … ils devaient penser être arrivés en enfer. Donc les premiers colons se dépêchaient de traverser cet endroit pour aller cultiver leurs potagers au calme dans les grandes plaines.« 

Le Midwest


Il leur reste 1500km à parcourir avant de rejoindre Chicago, Washington, Baltimore, Philadephie et New York City. Nathalie explique : « ces plaines lisses et monotones ne finiront-elles jamais ??? Pour ce long trajet il faut trouver à s’occuper… et pour cela il n’y a qu’une chose à faire : racler les fonds de tiroir des lieux « touristiques » de chaque État. Et dans la série « créer des attractions à partir de rien », les Américains du Midwest sont des pros… On se retrouve donc à visiter :

  • Le palais du maïs qui est en réalité un gift store géant où tu peux acheter plein de types de popcorn,
  • Un pseudo musée tenu par une secte religieuse assez louche qui n’accepte que les Blancs,
  • Un des nombreux musées sur la série « La petite maison dans la prairie » car Laura Ingalls a réellement vécu dans le Midwest et a écrit sa biographie qui a ensuite été adaptée en série TV. À chaque endroit où a vécu sa famille, un petit musée a été créé. Nous avons visité celui de Walnut Grove dans le Minnesota. C’est vraiment pour le délire car en vrai ce musée ne sert strictement à rien,
  • Et enfin, l’un des plus grands centres commerciaux du monde avec à l’intérieur un parc d’attraction Nickélodéon qui fait la fierté des habitants de Minneapolis.

Le tout enveloppé dans un brouillard de fumée constant à cause des énormes incendies en Californie distants de 2000km à l’ouest. »

Chicago


Une fois la diagonale Ouest-Est traversée, ils arrivent à Chicago où ils ont l’impression d’être des gangsters durant la prohibition. Le prix des hôtels leur enlève toute hésitation quant au fait de dormir encore dans leur voiture. Par chance, ils trouvent la seule rue illimitée et gratuite dans le centre de Chicago. Côté hygiène, les piscines qui leur permettent d’accéder aux douches sont, pour beaucoup, fermées à cause du covid. Il leur faut donc être organisés et patients.

La côte Est : de Washington à Boston en passant par New York


Ils traversent ensuite l’Indiana et le Kentucky peuplés de poneys sauvages avant d’arriver à Washington D.C., puis Baltimore, la ville du fameux film HairSpray. Ils y apprécieront les quartiers de Mount Vernon et du vieux port. Sur la route de Philadelphie, ils visitent la communauté amish établie non loin de Lancaster. À Philadelphie, c’est couchsurfing raconte Nathalie : « nos deux premières nuits étaient dans une petite maison proprette de suburb où une belle pancarte TRUMP était plantée dans le jardin… Nos hôtes passaient leur soirée à regarder Fox News. Du coup, on n’a pas trop discuté politique. La pluie et le beau temps soulevaient moins de questions éthiques. Mais au moins on avait pour la première fois en deux mois un vrai lit ! Puis on a été logés dans une petite maison en plein cœur de la ville, par Mark. On a bien papoté, découvert de très chouettes adresses et parcouru la ville dans sa Tesla qui se conduit toute seule. Impressionnant ! »

Ils terminent leur trip aux USA par New York, Portland, Salem et Boston avant de vendre leur voiture « caméléon » pour se rendre au Canada.

Interview


Amé : « J’ai adoré vos combines pour dormir et vous doucher. Est-ce-que vous avez d’autres anecdotes « made in USA » à partager ?

Romain : Entre Washington et New York on se disait que la météo était quand même bien pourrie l’été sur la côte Est. Finalement après une semaine de road trip, en arrivant à New York, on nous explique que c’est parce qu’on était suivis sans le savoir par l’ouragan Henry !

On a aussi été surpris par la possibilité d’acheter des fusils à pompe chez Walmart dans le Connecticut …

Amé : Et niveau budget ?

Romain : Finalement, même en vivant comme des clodos, ça nous a coûté cher : $6000/personne. Incluant l’achat de la voiture ($5400 + $500 de taxes californiennes + $500 de pneus à remplacer à cause de la canicule dans le désert. Et on l’a revendue seulement $2700 car à la base, on voulait l’emmener au Canada mais c’était trop cher à cause des taxes. On a donc dû la vendre dans l’urgence et on a perdu $3700. Je conseillerais d’acheter la voiture à l’Est et de la revendre à l’Ouest car les taxes sont moins importantes.

Amé : Quels conseils donnerais-tu aux personnes qui souhaiteraient faire ce road trip ?

Romain : Je pense qu’il faut acheter une voiture dans laquelle il est possible de dormir. Louer une voiture classique coûte dans les $6000 et ensuite il faut compter les nuits d’hôtel (pour 90 nuits, compter environ $6000).

Concernant l’achat de la voiture : la taxe étatique représente un pourcentage (en Californie 10%) du prix de vente de la voiture. Donc quand tu paies en cash sur Craigslist (le Bon Coin des USA) il vaut mieux mettre un prix ridicule dans le contrat (genre $500 ou $1000). Comme ça tu paies beaucoup moins de taxe. Nous on a appris cette astuce 2 mois après avoir acheté la voiture donc on l’a pas fait mais beaucoup de gens le font. Pour l’assurance, je conseille Geiko à $80/mois.

Autre astuce pour les parkings : l’appli ioverlander est géniale, en 3 mois on a payé $6 de parking !

Sinon, Le Pass America the Beautiful à $40 / personne valable un an est idéal pour faire tous les parcs nationaux alors que l’entrée à l’unité de chaque parc coûte $30 par voiture. C’est donc rentabilisé en 3 parcs et on en a fait une dizaine ou plus. Aussi, la loterie pour rentrer à Yosemite nous a permis de rentrer dans le parc et de payer le camping $6 la nuit. Alors que les autres campings coûtaient plutôt dans les $100.

On a aussi trouvé des couchsurfing sur la côte Est qui nous ont sauvé la mise lors des ouragans. Par contre il était très difficile de faire du couchsurfing sur la côte Ouest et dans le Midwest, personne ne nous répondait.

Amé : Super et vous avez fait comment pour vous payer ce road-trip ?

Romain : On a économisé pendant 4 ans un total de 18 000€ chacun.

Amé : Ok, donc 4500€ / an soit environ 400€/mois. C’est clair que c’est plus facile quand on a un objectif !

Romain : C’est clair, au final 18 000€ vont nous permettre de visiter le Mexique, les USA, le Canada, la Colombie, l’Equateur, le Pérou, le Chili et l’Argentine. On termine notre périple en bus, en sac à dos, 10kg pour Nath et 15kg pour moi avec la tente et l’ordi ! On voulait acheter une moto pour descendre le long de la côte Ouest de l’Amérique du Sud, mais les frontières terrestres sont fermées, donc on est obligéS de prendre l’avion à chaque changement de pays. La faute au Covid …

Amé : Merci ! Profitez bien !« 


Edité par Pluchon

Cet article vous à plu ? Recevez d’autres articles du même style dans votre boîte mail

*votre e-mail ne sera jamais communiqué à personne

Clubbing à Berlin : Sisyphos malgré tout

Après le premier week-end que nous passons à la Techno Parade de Berlin, la première en 2 ans à cause du Covid, on teste le vrai clubbing à la Berlinoise et on aide à la construction d’un mini festival de collectives allemands.


TUTO – Road Trip au Cambodge
TUTO – Billets d’avion moins chers
VLOG – Everest depuis Katmandou
TUTO – Économiser pour voyager
VLOG – Premier jour à Delhi
TUTO – Financer ses voyages

BLOG

Techno Parade Berlin 2022

Avril 2020 Stephen m’annonce dans l’Everest qu’on ne passera pas l’été en Asie mais à Berlin. On délocalise là-bas pour 6 semaines, faisons des rencontres et vivons des expériences typiques du bled. Dans cette série d’articles, je raconte le factuel et le psychique de l’expérience berlinoise week-end par week-end. . On arrive à Berlin le 6 juillet 2022 à 9h du matin, il fait 15°C, ça pue la clope à cause de tous les Polonais …

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.

Recevez les nouveaux articles et vidéos directement dans votre boîte mail ou abonnez-vous à mon compte Instagram.

Publié par Amé

Live Free

3 commentaires sur « Van Life – 3 mois de Road Trip aux USA dans le coffre d’une voiture »

  1. Super l article il nous fait voyager nous apprend pas mal de choses et nous confirme une fois de plus que on peut voyager avec un petit budget. Et que malgré le Covid on peut continuer à se déplacer

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :